Avez-vous remarqué qu’il existe deux traditions dans nos campagnes concernant la disposition des cimetières ? Soit ces derniers sont intra-muros, soit ils sont extra-muros. Si l’origine historique réelle de cette différence n’est pas notre propos, il est amusant de transporter le problème dans nos univers de médiéval-fantastique. En effet, dans un monde où les nécromants sont pour le moins taquins et où les morts ne restent pas toujours gentiment dans leurs tombes, il devient crucial de garder un œil sur nos chères disparus afin d’être certain qu’ils le restent ! L’implantation du cimetière local dans ces conditions devient un choix stratégique de salubrité publique.

Un cimetière intra-muros offre l’avantage d’être facilement surveillé. Si un nécromant débutant a pour idée de venir tester ses sorts d’Animation de Zombis en pleine nuit il sera vite repéré. Alors une enceinte bien murée est la seule logistique à adopter. Même un petit village reculé aura les moyens d’avoir son fossoyeur attitré en charge d’enterrer et chaperonner les morts. Dans un bourg dépassant le millier d’habitants il devient logique que le guet ajoute le cimetière à la liste des lieux contrôlés lors des tournées nocturnes. Pourtant ce choix impose un risque élevé face à un puissant nécromant, il suffirait à celui-ci moins d’une dizaine de secondes pour relever facilement une quarantaine de zombis prêt à l’emploi en plein cœur de la population ! Perspective effrayante ?

Un cimetière extra-muros vous rassurerait-il plus ? Il est vrai que maintenir le danger le plus éloigné possible semble une conclusion inévitable, mais c’est une grossière erreur. En effet, dans ces circonstances même un nécromant faiblement expérimenté devient problématique. On zigouille le fossoyeur, on soudoie ou on évite le guet et nous avons toute une longue nuit pour animer un groupe conséquent de cadavres putrides. Ainsi si nous pouvons éloigner et temporiser une invasion de morts-vivants en installant le cimetière loin des habitations, on augmente grandement les risques de son apparition. Mais alors, comment dormir tranquille ?

Dans un univers med-fan, ce problème serait tellement récurrent depuis des millénaires qu’il est irrationnel de croire qu’il ne serait pas radicalement réglé par des moyens préventifs simples et efficaces. Les rites funéraires en porteraient la trace, la crémation ou la décapitation seraient des étapes obligatoires avant toutes mises en bière. « Zut » me direz-vous, car c’est bien sympathique nos lugubres cimetières dans nos parties de jdr, comment contourner cette conclusion est conserver ce merveilleux lieu de villégiature et d’expérience pour nos aventuriers préférés ? Rassurez-vous c’est facile, la religion nous fournit un levier imparable ! Il suffit qu’un Grand Dieu quelconque de Lumière/Justice/Bien propre à votre univers de jeu ait décrété que la profanation de cadavre est hérétique et le tour est joué. Voilà, c’est ineffable, c’est incontestable, c’est comme ça puis c’est tout… et en plus ça nous arrange beaucoup !

Catégories : Articles